Abonnez-vous à ce module pour un montant de 5,000,000 F CFA et accéder à tous les documents de son répertoire.

Documents disponibles

Le droit du commerce international est l’ensemble des règles, qu’elles soient de droit international privé ou de droit matériel, qu’elles soient nationales ou internationales, qui régissent les opérations du commerce international, les relations d’affaires qui dépassent le cadre d’un seul pays. Ainsi, chacune des disciplines du droit des affaires interne est en effet concernée par les questions d’ordre juridique que pose le commerce international, dans la mesure où pour chacune d’elles peuvent se présenter des situations ayant des facteurs de rattachement à plusieurs pays : droit des sociétés ;  droit des contrats (vente de marchandises, agence commerciale, distribution, transport) ; droit bancaire ; droit boursier ; droit de propriété industrielle (brevets, marques, dessins et modèles) ; droit des sûretés (cautionnement, garantie à première demande, gage, hypothèque, nantissement) ; droit cambiaire (lettre de change, billet à ordre, chèque) ; droit des faillites (droit des procédures collectives) ; droit judiciaire privé (droit des procédures judiciaires). Le droit commercial international est donc l’outil permettant aux différents acteurs économiques d’établir des relations commerciales internationales encadrées par le droit.

Cette définition permet non seulement de mieux appréhender la notion de commerce international, mais encore plus de détecter ses sources. Ainsi, les sources du droit du commerce international peuvent être les sources écrites (le droit national, le droit communautaire, les conventions internationales), les sources non écrites (les usages du commerce international, les principes généraux du droit du commerce international).

Cependant, en dehors de ces différentes sources, il faut aussi relever la lex mercatoria comme source du droit du commerce international. Encore appelée "droit des marchands" ou encore "droit des praticiens", la Lex mercatoria est constitué de règles professionnelles propres sans référence à un droit déterminé. C'est à dire qu'elle s'appuie sur des usages et des principes largement reconnus et respectés, sur des usages observés entre commerçants, sur des contrats-types et des principes consacrés par les sentences arbitrales rendues en matière de commerce international. Elle est donc une source importante du droit du commerce international, c’est une « source non-étatique » car elle a été créée par la communauté des marchands mais ce n’est pas la seule source du commerce international.

Le droit du commerce international a pour objectif de donner un cadre juridique pour les échanges commerciaux internationaux. Autrement dit, l’enjeu principal dans cette discipline est de faciliter les échanges commerciaux entre des entreprises situées dans différents pays.

Par ailleurs, le droit du commerce international en pratique fait naitre plusieurs types de contrat. C’est notamment le cas des contrats d’ingénierie, qui sont des contrats par lesquels des sociétés d'ingénierie ou un bureaux d'étude s'engagent à faire les études de base et de détail d'une installation, à fournir les services achat, relance et inspection (l'approvisionnement) et de direction de chantier, à réunir l'ensembles des documents nécessaires pour le suivi du projet, l'exploitation. Les diverses prestations d’ingénierie peuvent être les études généraux (les études de faisabilité technique, économique et financière, les études d’environnement et de développement urbain), l’assistance aux maitres d’ouvrage (es études de définition, l'assistance technique pendant les phases d'études ou de travaux, le management de projet, la conduite d’opération, le conseil indépendant, les missions d'ordonnancement, de pilotage et de coordination des opérations de construction complémentaires à celles réalisées par les maîtres d’œuvre), les missions d’expertise (l'expertise d’ouvrages et l'analyse de problèmes complexes), l’assistance aux entreprises (le conseils et l'expertise, les études d’exécution).